Maison des Sancerre

Le trail de Sancerre

Nous avons voulu partager avec vous le très beau commentaire de Robert, un récit qui nous fait vivire son expérience au Trail de Sancerre,le 15 juin 2019.

Le village de Sancerre est bizarrement tranquille en cette fin de matinée. Un ciel laiteux laisse filtrer quelques rayons lumineux  qui réchauffent légèrement l’ atmosphère un peu fraîche.
Posé sur la colline, il domine fièrement la vallée de la Loire à l’aplomb des très belles vignes de Sauvignon. Interdit à la circulation. il accueille aujourd’hui 3200 coureurs venus de France et de Navarre en découdre parmi les grappes de Fleurs de la fameuse appellation. 732 se lanceront tout à l’heure sur la magnum qui titre 35 bornes, entre Loire et jolis terroirs arrondis. C’est celle que j’ai choisie pour confirmer mon « retour dans la course » depuis mon accident du 8 octobre dernier.
Devant mon omelette sancerroise aux crottins de Chavignol la pression monte.
H-2. Sur la terrasse de nombreux participants venus se restaurer  se jaugent du regard…se questionnent probablement comme moi. Le corps va-t-il supporter la charge de la distance et des montées (1200m)? Ne vais Je pas être débordés par les crampes comme l’un des participants  dans la Brie qui ne pouvait plus courir?
Passerai-Je en dessous des quatre heures?
Ça se bouscule dans ma tête ….
Je passe en revue tout le programme  de mon entraînement passé ces dernières semaines .
endurance fondamentale, fart lek (fractionné), côtes à répétitions, sortie longue…
Plus le temps passe et plus j’ai hâte d’y être… Un double expresso. Il est temps de rejoindre les starting-blocks 😉 M-15
Les futurs coureurs se massent près du portique gonflable ou le passage de chacun déclenche l’inéluctable chrono. Les derniers conseils des épouses, les partages d’expériences, les plaisanteries sur fond de sono tonitruante. Tout le monde est équipé dernier cri Nike, mizzuno, hoka one one. Short puma, blouson addidas…Une vitrine de magasin de sport exhaustif

On se chauffe on sautille l’impatience monte dans les stalles. Un concentré saturé de testostérone s’agite sur place… 5 ,4 ,3 ,2, 1. Le claquement sec du pistolet Pète  et c’est le départ dans le sens de la montée, svp…
Ça démarre tranquille et déjà, ça bouchonne dans les vieilles rues bordées de maisons de pierres centenaires. Les semelles de caoutchouc des centaines de participants résonnent sur les façades tandis que les badauds de la ville se massent sur les trottoirs pour supporter les coureurs…
Et puis le long cordon s’étire et au quatrième km les premiers sont déjà loin dans la pampa vigneronne,..
4,5,6,7 les mètres et les km défilent dans un paysage magnifique fait de vallons crayeux recouverts de stries vertes toniques où se nichent les premières grappes naissantes.
Ça monte…et Ça descend
Un coupe pattes assuré qui laisse découvrir des paysages de toute beauté. Horrible au bout du vingtième
Vais-je finir le challenge ?
23eme km, un participant se couche devant moi victime de crampes…je balise pour lui et aussi pour ma pomme. Je lui propose de l’aide mais la refuse. Un plateau céréalier plus tard  puis c’est le retour vers le départ… Sans toucher les 20000… Dans les côtes, ceux qui courent encore sont devenus rares… Avant dernier Ravitaillement et passage dans une cave aux allures de Feria… les jambes peinent à me soutenir et je dois puiser dans le mental pour avancer encore… Les descentes sont impossibles à réaliser tellement la pente est sévère…
Ça brûle, mais faut avancer …
Puis Le village de Sancerre est dans mon collimateur je reprends espoir.
29 faites…plus que six bornes à faire…
Mais ça parait tellement loin!

Virage à gauche, épingle à cheveux à droite. Fossé et dernière montée. J’entends les hauts parleurs de l’arrivée…
Je sais maintenant que je le ferai!
Je souris de satisfaction et de plaisir…
Ce qui me porte pour finir et passer sous le portique comptable
4h30 503 sur 720
J’ai gagné sur moi…
J’ai vaincu les monts de Sancerre et suis tellement heureux.
Cette victoire je la dédie à ma maman. Puisse les efforts que j’ai fournis lui donner le courage de se battre encore…
Je la dédie aussi à Fernand pour qu’il recouvre la vue comme avant…
Je la dédie à ma Jeanne jolie que j’aime et qui m’a soutenu.
Je la dédie aussi à mes deux garçons adorés devenus Berlinois et Londoniens.
A leurs amours respectifs aussi !
Je la dédie aussi à ma famille ainsi que mes amis.
A tous les enfants que je soigne.
A ceux qui auraient aimé la courir et qui ne peuvent pas…
Enfin je dédie cette course à l’amour et l’amitié.
La vraie la pure,  pas celle des lâches et des intéressés.

La Maison des Sancerre fait partie des organisateurs de ce bel événement.

 

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.

Abonnez-vous à notre newsletter