Maison des Sancerre

Partez à la découverte des vins du Sancerrois...

Le Sancerrois est une région vallonnée, bordée par la rive gauche de la Loire. Située en plein coeur de la France, les vignes règnent sur le paysage représentant plus de 2 900 hectares en appellation Sancerre réparties sur quatorze communes. Imaginez le nombre de vignerons souriants que cela représente, prêts à vous accueillir dans leur cave pour vous faire déguster leurs pépites...Ces vins se marient parfaitement avec l'autre appellation de la région, le crottin de Chavignol.

Un peu d’histoire…

La vigne s’épanouit à Sancerre depuis de nombreux siècles… Des écrits datant de 582 attestent déjà de son existence. La notion de climat, apparait quant à elle dès 1482 ! Le vignoble de Sancerre intrigue et fait l’objet de recherches au fil de siècles… L’abbé Poupart, dans son histoire de Sancerre écrira en 1777 : « Il n’y a peut être pas de terroir plus coupé et plus différencié que celui des Montagnes du Sancerrois. Les ravins, qui y sont multipliés, offrent partout des veines de terre différentes ». Au XIXe siècle, le vignoble est frappé le phylloxera, terrassant les plants de vigne à une vitesse fulgurante. Cette crise aura tout de même permis de changer l’encépagement au profit du Sauvignon blanc qui se présente sous ses plus beaux atours en terres sancerroises. Les femmes et les hommes n’ont eu de cesse d’oeuvrer au profit de la qualité, reconnue par l’obtention de l’AOC en 1936 pour les Sancerre blancs. En 1959, les vins rouges et rosé, issus du pinot noir, sont à leur tour classés en AOC. De nombreuses initiatives collectives se mettent en place depuis pour poursuivre sans cesse la recherche de l’excellence.

Le mille-feuille géologique

Au cœur de la France, dans le département du Cher, s’étend un petit territoire viticole de 15 kilomètres sur 10. On peut le représenter sous la forme d’une île au relief tourmenté, bordée par la Loire à l’est et dominée par le piton de Sancerre.
Difficile d’imaginer que la mer recouvrait, autrefois, il y a des millions d’années le vignoble de Sancerre laissant derrière elle de nombreux invertébrés : les ammonites.
Des couches d’époques très éloignées se superposent, voire se côtoient au même niveau. Par endroits, des étages géologiques entiers disparaissent. D’autres couches s’imbriquent les unes dans les autres, faisant surgir de nouvelles éminences… Les rejets, hauts de 150 à 270 mètres à Saint-Satur, dessinent les nombreuses collines du Sancerrois.
Voilà le secret de cette terre : selon l’endroit où vous posez le pied, à quelques dizaines de mètres d’écart, le sol et le sous-sol n’ont ni le même âge ni la même nature.
A Sancerre, les racines d’un cep de vigne traversent ainsi des couches de roche aux caractéristiques très différentes, dont les plus anciennes seraient restées inaccessibles sans l’accident géologique originel.
Cet accident est appelé « faille de Sancerre ». De direction nord-10°est, il délimite par ses sommets l’ouest du bassin de la Loire. L’exceptionnelle mosaïque de couches géologiques que la faille a engendré est un véritable cadeau que la nature a fait à l’homme.
Cette richesse, trois terroirs principaux se la partagent. D’ouest en est, il s’agit :
– des terres blanches
– des « caillottes »
– des terres argilo-siliceuses.
Les « marnes kimméridgiennes » sont aussi appelées terres blanches car elles sont constituées d’épaisses couches de marnes prédominantes, séparées par des bancs calcaires. Elles nous viennent de l’ère jurassique, il y a 146 millions d’années. Ces terres blanches représentent 40% du vignoble. On les trouve sur les pentes les plus accentuées, à l’ouest du Sancerrois, principalement de Crézancy à Sury-en-Vaux.
Les terres blanches les plus argileuses produisent un Sancerre blanc complexe, corsé et rond qui s’ouvrira en vieillissant.
Vieilles de 150 millions d’années, les roches très pierreuses qui forment le terroir des « caillottes » sont plus anciennes. Elles occupent elles aussi 40% du vignoble, entre les terres blanches et Sancerre, à Bué, Chavignol ou Verdigny. On les remarque à leurs grossiers éclats de calcaire, blanc et compact.
Les terres argilo-siliceuses représentent le plus petit des principaux terroirs, environ 15% du vignoble. Ses roches argileuses sont les couches les moins épaisses et les plus jeunes du Sancerrois. Elles contiennent du silex qui a la propriété de réchauffer la vigne de manière continue. On trouve ce terroir au sommet et sur les versants des grandes collines de l’est du Sancerrois, notamment à Sancerre, Saint-Satur, Ménétréol-sous-Sancerre et Bannon
Les Sancerre rouges produits sur les marnes les plus calcaires donnent un vin long en bouche, aux subtils arômes de fruits rouges.
Issus des « caillottes », les Sancerre sont friands de jeunesse, d’expression florale et fruitée. Produit sur les terres argilo-siliceuses, le vin sera marqué par la minéralité, des notes épicées et des arômes de fleurs blanches

Un relief tourmenté

En observant la course du soleil, vous remarquerez la diversité d’ensoleillement de ces coteaux. Autant d’orientations, autant d’arômes de raisins subtilement différents. Sur ce territoire au sol si complexe, les vignerons sancerrois ont plantés deux types de cépage : du sauvignon qui donne le Sancerre blanc, et du pinot noir qui produit du Sancerre rouge ou rosé.
Les exploitations du Sancerrois sont en général de petite taille – 8 hectares – souvent constituées d’une multitude de parcelles dispersées sur différents villages.
Sur l’ensemble du vignoble, on compte plus de 7500 parcelles qui sont autant de mini terroirs. Chaque parcelle peut avoir un sol, un sous-sol et une exposition différentes. Voici donc chaque vigneron à la tête d’une infinie possibilité de combinaisons. Il peut produire un vin issu de parcelles d’un même terroir et chercher à en souligner la typicité. Au contraire, tel un alchimiste, il peut décider d’assembler les jus issus de différentes parcelles pour créer de nouveaux arômes. Voilà pourquoi on peut dire sans exagérer qu’il y a au moins autant de vins de Sancerre qu’il y a de vignerons.
Aujourd’hui, le vignoble du Sancerrois s’étend sur près de 3000 hectares et plus de 300 familles travaillent le raisin dans ce territoire concentré .
Environ 25 millions de bouteilles (y) sont produites chaque année, dont 75% de blanc, 20% de rouge et 5% de rosé. Des centaines de milliers de bouteilles sont exportées dans le monde entier, où les vins de Sancerre sont reconnus et appréciés. Le sauvignon a trouvé ici sa terre de prédilection, l’endroit où il peut exprimer les mille saveurs de son parfum. A vous maintenant de partir à leur découverte !
Et comme le disent si bien les vignerons de Sancerre:
« ceux qui goûtent nos vins doivent ressentir autant de plaisir à les boire que nous avons pris de plaisir à les faire… »

Une appellation aux trois couleurs

Sancerre Blanc

Issu du sauvignon blanc, les Sancerre blancs alertes et pleins de fruits proposent des arômes où se mêlent minéralité et agrumes. L’attaque se fond en une bouche riche et ronde…

Sancerre Rouge

Issu du pinot noir, les vins rouges illustrent les vertus de cépage en offrant un bouquet de cerises et de griottes. En bouche, ils sont fermes, pleins et longs.

Sancerre Rosé

Issu du pinot noir, les rosés, alliant fraîcheur et subtilité, en dévoilent toute la finesse et prouvent définitivement que les rosés sont des grands vins.

Une appellation aux trois terroirs

Les terres blanches

Les terres blanches ,de composition argilo-calcaire, sont situées sur les collines les plus à l’ouest du Sancerrois.

Les caillottes

Les caillottes sont des terres très pierreuses et calcaires.

Les terres argilo-siliceuses

Les terres argilo-silicieuses (couramment appelées « Silex ») sont situées sur les collines à l’est du vignoble.